Économie

Point de vue économique - mai 2018

Guerres commerciales : quel impact sur l’économie mondiale ?

17/05/2018

 

En résumé :

Au début du mois d’avril, les États-Unis ont annoncé des droits de douane de 25 % sur 50 mds USD d’importations en provenance de Chine. La Chine a réagi en imposant des droits de douane de 25 % sur 50 mds USD d’exportations américaines. Les États-Unis envisagent désormais de viser 100 mds USD supplémentaires de produits chinois. Si les régions les plus touchées seront sans conteste les États-Unis et la Chine, on peut se demander lequel des deux en souffrira le plus et quel sera l’impact sur le reste du monde.

États-Unis : les entreprises installées en Chine pourraient être ciblées

La Chine important nettement moins des États-Unis que les États-Unis de la Chine, certains considèrent que la capacité des Chinois à engager une guerre commerciale conventionnelle est limitée. Toutefois, cette opinion ne tient pas compte des autres moyens dont dispose la Chine pour contrer les États-Unis.

Des mesures visant à entraver les activités des entreprises américaines installées en Chine sont notamment envisageables. Par exemple, le groupe nippo-coréen Lotte, qui exploite 99 supermarchés en Chine, a fourni le terrain pour le système de missiles de défense THAAD1 en Corée du Sud. Il a dès lors été ciblé par les autorités chinoises, qui ont rendu impossible le fonctionnement de nombreux magasins en appliquant des règles anti-incendies très strictes. Finalement, le groupe s’est vu contraint de se retirer entièrement du marché chinois.

Les États-Unis ont des activités importantes en Chine : depuis 1990, le total des investissements directs étrangers des États-Unis vers la Chine atteint 256,5 mds USD. En conséquence, les entreprises américaines sont directement exposées au marché chinois, Apple générant environ 20 % de son chiffre d’affaires global en Chine, contre 12 % pour Boeing et 15 % pour Nike. Des mesures similaires à celles ayant visé le groupe Lotte pourraient menacer sérieusement les activités des entreprises américaines en Chine.

Chine : meilleure résistance

La Chine pourrait s'avérer plus résistante que les États-Unis à une guerre commerciale. L’imposition de droits de douane de 25 % sur 50 mds USD de produits chinois aurait incontestablement un impact significatif sur le commerce du pays, notamment si le secteur essentiel de l’industrie était visé.

Cependant, un montant de 50 mds USD correspond à seulement 2 % du total des exportations chinoises. Les observateurs estiment généralement que ces droits de douane ralentiront la croissance chinoise de 0,1–0,2 % au maximum ; à condition, toutefois, qu’ils soient appliqués à une gamme de produits chinois plus étendue, représentant 200 mds USD, soit 40 % des exportations chinoises à destination des États-Unis.
En outre, la Chine dispose d’une marge de relance budgétaire supplémentaire en cas de besoin, et les autorités ne recherchent pas actuellement un regain de popularité, contrairement au président Trump confronté à des élections dans un avenir proche.


Marchés émergents : les gagnants et les perdants

Cela étant dit, la Chine ne serait pas la seule à être touchée par une hausse des droits de douane. Dans les produits exportés de Chine vers les États-Unis, les composants viennent souvent d’ailleurs. Environ 35 % de la valeur ajoutée des exportations chinoises proviennent en réalité d’autre pays.


Nos recherches montrent que les droits de douane sur les exportations chinoises pénalisent nettement plus les marchés émergents que ceux touchant les exportations américaines, et que les marchés émergents asiatiques sont probablement ceux qui souffriraient le plus.

Toutefois, certains pays pourraient tirer parti de la situation, alors que la hausse des coûts inciterait la Chine et les États-Unis à rechercher des solutions alternatives pour l’approvisionnement des produits visés. Les données suggèrent que les droits de douane chinois sur les produits américains bénéficieraient davantage aux fournisseurs des marchés développés qu’à ceux des marchés émergents. En revanche, les marchés émergents sont plus susceptibles de profiter de droits de douane américains rendant les produits chinois moins compétitifs aux États-Unis.


Les marchés émergents recèlent quelques ports pouvant servir de refuge en cas de tempête. Le pétrole ne devrait pas être touché par les droits de douane, protégeant des exportateurs tels que la Malaisie, le Mexique et la Russie. De même, la majeure partie des exportations hongroises et polonaises se font au sein de l’UE et sans droits de douane. Les pays ayant une exposition limitée à la demande extérieure et des marchés internes significatifs, comme le Brésil et l’Inde, devraient également être épargnés par une guerre commerciale.

Japon : importance des droits de douane sur les exportations chinoises

Le poids du commerce est essentiel au Japon, où les exportations représentent 18 % du PIB. À première vue, l’escalade des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine semble particulièrement inquiétante, ces deux économies étant les principaux partenaires du Japon pour les exportations.


Mais en réalité, l’impact des droits de douane annoncés serait minime. Des droits de douane de 25 % sur l’acier et l’aluminium n'affecteraient que 2 % des exportations japonaises aux États-Unis et 0,07 % du PIB. Néanmoins, la croissance serait plus impactée si les États-Unis décidaient d’imposer des taxes sur les machines et les équipements de transport, qui constituent 76 % des exportations japonaises à destination des États-Unis.

Des droits de douane plus étendus pourraient entraîner des conséquences plus importantes, le Japon occupant une place prééminente dans les chaînes logistiques des États-Unis et de la Chine. L’exposition la plus importante concerne la chaîne logistique des exportations chinoises vers les États-Unis. Le Japon est donc indirectement plus vulnérable aux droits de douane américains sur les produits chinois que l’inverse.

 

 

Toutes références à des titres, secteurs, régions et/ou pays sont fournies exclusivement à titre d’illustration et ne sauraient constituer des conseils ou recommandations d’achat ou de vente.
La valeur des investissements et les revenus qui en découlent peuvent évoluer à la hausse comme à la baisse. Les investisseurs ne sont donc pas assurés de recouvrer l’intégralité des sommes initialement investies.

Ce document exprime les opinions de l'équipe d'économistes de Schroders et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.

Réservé exclusivement aux investisseurs et aux conseillers professionnels.

Ce document exprime les opinions de l'équipe d'économistes de Schroders et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.

Ce document n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d’un instrument financier quelconque. Il n’y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d’investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d’ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu’ils ont investi.

Les prévisions contenues dans le présent document résultent de modèles statistiques, fondés sur un certain nombre d'hypothèses.

Elles sont soumises à un degré élevé d'incertitude concernant l'évolution de certains facteurs économiques et de marché susceptibles d'affecter la performance future réelle. Les prévisions sont fournies à titre d'information à la date d'aujourd'hui. Nos hypothèses peuvent changer sensiblement au gré de l'évolution possible des hypothèses sous-jacentes notamment, entre autres, l'évolution des conditions économiques et de marché. Nous ne sommes tenus à l'obligation de vous communiquer des mises à jour ou des modifications de ces prévisions au fur et à mesure de l'évolution des conditions économiques, des marchés, de nos modèles ou d'autres facteurs.

Ce document est produit par Schroders France 8-10 rue Lamennais, 75008 Paris, France.