Point de vue économique

Point de vue économique - mars 2017

22/03/2017

En résumé :

  • L’économie mondiale a commencé 2017 sur une excellente dynamique, nous incitant à relever nos prévisions de croissance. Toutefois, nous avons toujours des doutes quant à la pérennité de cette tendance. Notre prévision pour 2018 reste inchangée, car les révisions à la hausse concernant les économies BRIC 1 , le Japon et le Royaume-Uni sont compensées par l’affaiblissement prévu aux États-Unis.
  • Notre analyse de scénarios indique que les risques entourant notre prévision centrale sont légèrement plus équilibrés, mais toujours axés en faveur d’une stagflation 2 , l’alternative la plus probable étant celle d'un accroissement du protectionnisme.
  • Nous avons également révisé à la hausse nos prévisions de croissance et d’inflation pour la zone euro. Selon nous, la Banque centrale européenne (BCE) attendra 2018 pour entamer le retrait progressif de son plan d’assouplissement quantitatif (QE). Nous prévoyons également une accélération de la croissance au RoyaumeUni, où les autorités vont certainement activer l’Article 50 marquant le début des négociations formelles pour sortir de l’Union européenne.
  • Globalement, nous sommes plus optimistes en ce qui concerne les perspectives des marchés émergents, sachant que l'économie américaine va probablement plus contribuer à la croissance mondiale. La reprise se poursuit au Brésil et en Russie, tandis que l’impact de la démonétisation en Inde semble avoir été moins grave que ne le craignaient les marchés. Parallèlement, la politique des autorités chinoises a peu de chances d’avoir un impact décevant.

La reprise économique mondiale face au regain de l’inflation

La dynamique robuste adoptée par l'économie à la fin de l’année dernière se maintient en 2017 : par conséquent, nous avons révisé notre prévision de croissance mondiale pour 2017 de 2,8 % à 2,9 %. Cependant, les facteurs à l’origine de cette reprise vont certainement se dissiper quand le cycle des stocks s’inversera et que l’inflation commencera à peser sur les dépenses et le pouvoir d'achat. Notre prévision de croissance pour 2018 reste inchangée, à 3 %, car les améliorations légères que nous anticipons dans les pays BRIC ainsi qu’au Japon et au Royaume-Uni devraient être compensées par un ralentissement de l'économie aux États-Unis, où nous avons révisé à la baisse nos perspectives en matière d’expansion budgétaire.

L’inflation s’accélère : à l’échelle mondiale, nous prévoyons qu’elle atteigne 2,7 % en 2017 (2,4 % anticipés précédemment) après s’être établie à 2 % en 2016 sous l’effet du rebond des prix des matières premières. Toutefois, en 2018, la hausse des cours pétroliers devrait se stabiliser et entraîner un ralentissement de l’inflation à 2,3 %. Selon nous, les États-Unis échapperont à cette tendance et connaîtront une hausse de l’inflation sous-jacente au cours de cette période. En termes de politique monétaire, nous pensons que les taux des Fed Funds seront portés à 1,25 % cette année (avec deux relèvements) et 2 % d’ici fin 2018 (trois relèvements). Dans le reste du monde, en revanche, les taux d'intérêt devraient rester inchangés, car le cycle économique est moins avancé qu’aux États-Unis. Dans ce contexte, le dollar américain devrait vraisemblablement continuer de s’apprécier, mais moins que dans notre prévision précédente.

Scénarios

Après une longue période durant laquelle les risques s’orientaient surtout vers la déflation et la stagflation, l'éventail des possibilités s’est maintenant beaucoup élargi avec l’apparition de deux scénarios de relance de la productivité : un scénario « retour à la normale », où le profil de croissance et d’inflation se rapproche des niveaux d’avant la crise financière, et un scénario « rupture de l’accord de l’OPEP », où une baisse des cours pétroliers ravive les dépenses des ménages et réduit l’inflation. Nous avons supprimé notre scénario de « stagnation séculaire », dont la probabilité a nettement diminué. Dans l’ensemble, les risques sont désormais mieux répartis, même s’ils s’orientent toujours un peu plus vers un scénario de stagflation, l’alternative la plus probable étant celle d’un « accroissement du protectionnisme » (la Chine réagirait aux droits de douane américains en dévaluant le renminbi).

Actualisation des prévisions pour l’Europe : optimisme prudent

Nous avons relevé notre prévision de croissance pour la zone euro de 1,2 % à 1,5 % en 2017 en raison des signaux robustes des enquêtes de conjoncture, et nous n’avons pas modifié le chiffre attendu en 2018 (1,8 %). De plus, nous avons relevé notre prévision d’inflation annuelle moyenne de 1,3 % à 1,6 % dans la zone euro, même si cet élan sera essentiellement lié à la hausse plus forte que prévu des cours pétroliers. Notre prévision d’inflation pour 2018 reste inchangée à 0,9 %. Selon nous, la BCE entamera la réduction progressive de ses achats d’actifs mensuels en janvier 2018 (à 40 milliards d’euros par mois), poursuivant cette initiative aux 3ème et 4ème trimestres pour arriver à 10 milliards d’euros d’achats par mois fin 2018. Cette trajectoire devrait ouvrir la voie à un relèvement des taux d'intérêt début 2019. À signaler : nous ne prévoyons plus de nouvelle réduction des taux de rémunération des dépôts, mais cette issue n’est pas exclue si l’un de nos scénarios négatifs se matérialise.

Révision du risque politique

Les élections prévues aux Pays-Bas, en France, en Allemagne et en Italie menacent toutes le statu quo politique de l’Europe. Aux yeux des investisseurs, le plus gros risque émane des élections présidentielles françaises, mais nous ne pensons pas que la candidate du Front National soit élue, et le marché devrait donc échapper à l’instabilité que certains redoutent.

Royaume-Uni : nouvelle révision à la hausse de la prévision de croissance, mais les risques baissiers sont élevés

Nous avons relevé nos prévisions de croissance concernant le Royaume-Uni de 1,4 % à 1,8 % pour 2017, mais cette révision est liée quasiment pour moitié aux effets de base. Nous relevons aussi notre prévision pour 2018 de 1,5 % à 1,7 %. Ces changements reflètent l’idée que les ménages sont préparés à moins épargner (donc à emprunter plus) et lisseront la consommation face à la hausse de l’inflation et à la contraction des revenus réels. La Banque d'Angleterre n’a pas l’air pressée de relever ses taux d'intérêt, invoquant les risques baissiers entourant la croissance : par conséquent, sa politique devrait rester très accommodante pendant encore quelque temps.

L’activation de l’Article 50 va lancer le processus du Brexit

Enfin, nous prévoyons que les autorités britanniques vont activer l’Article 50 en mars pour démarrer la procédure de départ de l’Union européenne dans un délai d’approximativement deux ans. Les investisseurs anticipent cette issue depuis longtemps et ne devraient donc pas beaucoup réagir. Nous pensons que les deux parties vont trouver un accord régissant cette transition, mais au final, le Royaume-Uni va quitter le marché commun et l’union douanière, et mettre un terme à la libre circulation des travailleurs. Ce processus aura certainement plus d’impacts inflationnistes que prévu et les effets sur la croissance potentielle du PIB seront négatifs à long terme.

Marchés émergents : pas encore d’effet « Trump »

Nous avons relevé notre prévision de croissance pour les pays BRIC en raison de la hausse des prix des matières premières et de l’accélération de l'économie américaine.

Chine : pas de resserrement imminent

Nous révisons à la hausse nos anticipations de croissance pour la Chine en 2017 (de 6,5 % à 6,6 %) dans le sillage du relèvement de notre prévision pour les États-Unis. Nous pensons que les autorités continueront de donner la priorité à la stabilité et à la pérennisation de la croissance. De nouvelles mesures pourraient être annoncées au Congrès national du peuple, mais nous n’attendons pas de bouleversement majeur sur le front de réformes, ni de changement dans l’objectif de croissance (actuellement 6,5 %-7 %).

Brésil : des politiques plus favorables à l'économie

Nos prévisions pour 2017 ont été relevées de 0,6 % à 0,7 %, mais nous anticipons un élan encore plus important en 2018, où la croissance devrait atteindre 2,1 % (contre 1,5 % attendus jusqu’alors). Cet optimisme est dû à des perspectives plus favorables au niveau du « policy mix » (politiques budgétaire et monétaire). La Banque centrale semble adoucir le ton, et nos conversations avec des élus brésiliens nous ont donné un sentiment plus positif vis-à-vis des perspectives de réforme.

Inde : la démonétisation n’a pas dévié la trajectoire de la croissance

L’Inde est le seul pays BRIC pour lequel nous baissons notre prévision (de 7,7 % à 7,5 % en 2017), car les effets de la démonétisation commencent à se faire davantage ressentir. Toutefois, nous considérons qu’il s’agit plus d’un incident de parcours que d’un événement à même de dévier vraiment la croissance de sa trajectoire initiale. Notre scénario principal ne prévoit plus de réduction des taux en 2017 et 2018 étant donné que nous anticipons une légère accélération de l’inflation d’ici un an.

Russie : de vraies réformes ?

Nous relevons nos prévisions de croissance pour la Russie à 1,6 % en 2017 et 1,7 % en 2018. En revanche, nous réduisons nettement notre prévision d’inflation en 2017, qui passe de 6,1 % à 5 %. Ces deux révisions sont largement liées à la hausse des cours pétroliers (avec l’accord de l’OPEP). La banque centrale se montre moins accommodante que prévu et ne devrait pas reprendre son cycle d’assouplissement avant le second semestre. Nous doutons toujours que les réformes présentées par le ministre des Finances aient plus de succès que les précédentes, mais nous reconnaissons la présence de risques haussiers autour de la croissance, en lien avec une amélioration du sentiment, si ces projets obtiennent le soutien de Vladimir Poutine au mois de juin.

1 Brésil, Russie, Inde et Chine
2 Environnement économique caractérisé par un ralentissement de la croissance économique et une hausse de l’inflation

Information importante
Ce document exprime les opinions de l'équipe d'économistes de Schroders et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.
Ce document n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d’un instrument financier quelconque. Il n’y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d’investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d’ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu’ils ont investi. Ce document est produit par Schroders France 8-10 rue Lamennais, 75008 Paris, France. Pour votre sécurité, les communications peuvent être enregistrées et surveillées. Les prévisions contenues dans le présent document résultent de modèles statistiques, fondés sur un certain nombre d'hypothèses. Elles sont soumises à un degré élevé d'incertitude concernant l'évolution de certains facteurs économiques et de marché susceptibles d'affecter la performance future réelle. Les prévisions sont fournies à titre d'information à la date d'aujourd'hui. Nos hypothèses peuvent changer sensiblement au gré de l'évolution possible des hypothèses sous-jacentes notamment, entre autres, l'évolution des conditions économiques et de marché. Nous ne sommes tenus à l'obligation de vous communiquer des mises à jour ou des modifications de ces prévisions au fur et à mesure de l'évolution des conditions économiques, des marchés, de nos modèles ou d'autres facteurs.

Réservé exclusivement aux investisseurs et aux conseillers professionnels.

Ce document exprime les opinions de l'équipe d'économistes de Schroders et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.

Ce document n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d’un instrument financier quelconque. Il n’y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d’investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d’ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu’ils ont investi.

Les prévisions contenues dans le présent document résultent de modèles statistiques, fondés sur un certain nombre d'hypothèses.

Elles sont soumises à un degré élevé d'incertitude concernant l'évolution de certains facteurs économiques et de marché susceptibles d'affecter la performance future réelle. Les prévisions sont fournies à titre d'information à la date d'aujourd'hui. Nos hypothèses peuvent changer sensiblement au gré de l'évolution possible des hypothèses sous-jacentes notamment, entre autres, l'évolution des conditions économiques et de marché. Nous ne sommes tenus à l'obligation de vous communiquer des mises à jour ou des modifications de ces prévisions au fur et à mesure de l'évolution des conditions économiques, des marchés, de nos modèles ou d'autres facteurs.

Ce document est produit par Schroders France 8-10 rue Lamennais, 75008 Paris, France.