Communiqués de presse

Schroders Global Investor Study 2018 : la retraite

Les particuliers sous-estiment largement le coût de la vie après le départ en retraite

12/07/2018

Les particuliers s'attendent à consacrer en moyenne 34 % de leur revenu de retraite aux dépenses de subsistance de base[1], mais la réalité pour les retraités est qu'ils ont besoin de près de 50 % de leur revenu pour assumer ces dépenses.   

L'étude Schroders Global Investor Study 2018 révèlé un écart important entre les attentes et les réalités financières de la vie après le départ en retraite.

Les retraités reçoivent un revenu de retraite inférieur à ce que les personnes qui approchent de la retraite s'attendent actuellement à percevoir, cette différence étant la plus marquée en Asie.    

L'étude - qui porte sur plus de 22 000 investisseurs dans 30 pays[2] - montre que 15 % des retraités dans le monde déclarent ne pas disposer d’un revenu suffisant pour vivre confortablement. En France, ce taux atteint 20 %, ce qui est largement supérieur à la moyenne mondiale mais aussi européenne (14 %).

 

 

Moins de la moitié (43 %) de tous les retraités indique qu'un peu plus de revenu serait utile, tandis que 42 % ont déclaré avoir un revenu suffisant pour vivre confortablement à la retraite. En France, 36 % seulement des retraités estiment avoir un revenu suffisant pour vivre confortablement.

Les personnes âgées de 55 ans et plus qui s'approchent de la retraite risquent globalement de tomber de haut en raison de leurs anticipations trop élevées concernant leur futur revenu de retraite. Ils prévoient qu’ils auront besoin de 74 % de leur salaire ou de leur revenu actuel en moyenne pour vivre confortablement à la retraite.

 

 

En réalité, les retraités du monde entier reçoivent, en moyenne, 61 % de leur salaire final chaque année. Au niveau régional, c’est en Asie que le contraste est le plus fort, les retraités recevant 59 % de leur salaire final, tandis que les personnes approchant de la retraite attendent 76 %.

En moyenne, l'écart est le plus faible pour les investisseurs en Europe, les retraités recevant 63 % de leur salaire de fin de carrière, tandis que les attentes des futurs retraités représentent 72 % du salaire. Cependant, en France, les attentes s’élèvent à 78 % du salaire, alors qu’en réalité, les revenus à la retraite n’atteignent que 61 % du salaire final.

Contre intuitivement, les retraités du monde entier continuent d'investir de façon significative, allouant 19 % de leur épargne-retraite totale[3] à des investissements. En revanche, ceux qui n'ont pas encore pris leur retraite ne prévoient d’investir que 9 % de leur épargne-retraite. Sur cet aspect, si les Français interrogés sont en ligne avec la moyenne mondiale (20 % de l’épargne retraite allouée aux investissements chez les retraités et une anticipation d’investissement de 8 % chez les actifs), la répartition de l’allocation des retraités est différente de la moyenne européenne et mondiale : les Français allouent 11 % de cette épargne à des dispositifs d’héritage pour leurs bénéficiaires, contre 7 % en moyenne en Europe et dans le monde. 

La disparité dans la perception des dépenses de subsistance est plus prononcée dans les Amériques où, en moyenne, les personnes non retraitées s'attendent à consacrer 32 % de leur revenu annuel aux dépenses de subsistance. Au lieu de cela, le coût de la vie de base dans les Amériques représente 53 % des revenus des retraités. Les investisseurs asiatiques ont les attentes les plus réalistes quant au montant qu'ils sont susceptibles de dépenser en frais de subsistance, s'attendant à ce qu'ils consomment 32 % de leur revenu à la retraite. En réalité, il n'est que légèrement supérieur à 38 % pour les retraités d'Asie en moyenne.

En France, les non retraités prévoient de dépenser 30 % de leur budget à ces dépenses de subsistance, alors qu’en réalité les retraités y allouent 46 % de  leur revenu. L’investissement dans un bien immobilier/l’achat d’une deuxième résidence, anticipés à hauteur de 14 % du revenu de retraite, se trouve ainsi ramenés à 4 % de ce budget.

Lesley-Ann Morgan, Directrice mondiale de l’expertise Retraite de Schroders, commente :

« Le fait que les particuliers sous-estiment la proportion de leur revenu de retraite qui devra être affectée aux dépenses de subsistance de base et le montant dont ils auront besoin pour vivre confortablement à la retraite constitue un réel danger, en particulier dans le contexte actuel de faibles rendements et d'inflation croissante.

Il n'y a pas de baguette magique. Pour éviter d'avoir à faire face à une situation financière difficile à la retraite, il est nécessaire de commencer à épargner le plus possible et le plus tôt possible.

Négliger l'épargne-retraite jusqu'à l’approche de la cinquantaine et de la soixantaine fait qu’il sera probablement trop tard pour combler l'écart d'épargne.

Pour découvrir tous les résultats de l'étude Schroders Global Investor Study 2018, " Épargner pour bénéficier d’une retraite confortable ", consultez notre site Internet : http://www.schroders.com/fr/fr/professional-investor/paroles-d-experts/enquete-global-investor-study/2018-findings/retirement/

Le rapport complet

Les données spécifiques  à la France

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

 Schroders

Nathaële Rebondy

 

Steele & Holt

Daphné Claude

Claire Guermond

Gaétan Pierret

 

 

Tel: +33 (0)1 53 85 85 17 / nathaele.rebondy@schroders.com

 

 

Tel. +33 (0)6 66 58 81 92 / daphne@steeleandholt.com

Tel. +33 (0)6 31 92 22 82 / claire@steeleandholt.com

Tel. +33 (0)6 30 75 44 07 / gaetan@steeleandholt.com

 

Retrouvez toutes nos communications presse sur notre site média : http://ir.schroders.com/media ainsi que sur le site France : www.schroders.fr, rubrique Espace presse.

 

Le groupe Schroders plc

Notre métier, en tant que société de gestion internationale, est d’aider les institutions, les distributeurs et les investisseurs particuliers à préparer leur avenir, définir leurs ambitions et atteindre leurs objectifs. Dans un monde en mutation, les attentes des investisseurs évoluent : au cours de nos deux cents ans d’histoire, nous nous sommes toujours adaptés à notre environnement, en restant centrés sur les priorités de nos clients.

Cette démarche nécessite expérience et expertise. Nous combinons celles des femmes et des hommes à la puissance des données, pour identifier les tendances qui façonneront l'avenir. Cela offre une perspective unique qui nous permet d'investir toujours avec conviction. Nous sommes responsables de 503,6 milliards d’euros d'actifs (au 31 décembre 2017) gérés pour le compte de nos clients, qui nous font confiance pour offrir des rendements durables. Nous restons déterminés à construire leur prospérité future, et celle de toute la société. Aujourd'hui, nous employons 4 600 personnes sur six continents qui se concentrent sur cet objectif.

Entreprise internationale, nous mettons en œuvre des stratégies locales, afin de toujours placer les attentes de nos clients au cœur de notre démarche. Depuis plus de deux siècles, nous développons nos expertises en lien direct avec les aspirations et les intérêts de nos clients.

Le bureau de Schroders en France a été ouvert en 2001. Fortes de 32 collaborateurs et de deux expertises locales (financement d’infrastructures avec la société de gestion française Schroder Aida et immobilier) nos équipes proposent des solutions d’investissement à l’ensemble des clientèles françaises institutionnelles, entreprises, banques fédératives et mutualistes, banques privées, fonds de fonds, plates-formes et conseillers en gestion de patrimoine indépendants.

Vous pourrez trouver des informations complémentaires sur www.schroders.fr et nous suivre sur notre compte Twitter France @SchrodersFR.



[1] Ces dépenses comprennent la nourriture, les vêtements et le logement.

[2] En avril 2018, Schroders a chargé Research Plus Ltd de mener une enquête en ligne indépendante auprès de plus de 22 000 investisseurs dans 30 pays, notamment l'Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, la France, l'Allemagne, l'Inde, l'Italie, le Japon, les Pays-Bas, l'Espagne, le Royaume-Uni et les États-Unis. Le panel est composé des particuliers qui investiront au moins 10 000 € (ou équivalent) au cours des 12 prochains mois et qui ont apporté des changements à leurs investissements au cours des dix dernières années.

[3] Tout type d'investissement destiné à être utilisé pour générer un revenu de retraite, par exemple, régime de retraite d'entreprise, régime de retraite d'État, pension personnelle, autres épargnes et investissements, revenu immobilier, argent ou allocation d'un membre de la famille, héritage.

Réservé exclusivement aux investisseurs et aux conseillers professionnels.

Ce document exprime les opinions de l'équipe d'économistes de Schroders et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.

Ce document n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d’un instrument financier quelconque. Il n’y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d’investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d’ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu’ils ont investi.

Les prévisions contenues dans le présent document résultent de modèles statistiques, fondés sur un certain nombre d'hypothèses.

Elles sont soumises à un degré élevé d'incertitude concernant l'évolution de certains facteurs économiques et de marché susceptibles d'affecter la performance future réelle. Les prévisions sont fournies à titre d'information à la date d'aujourd'hui. Nos hypothèses peuvent changer sensiblement au gré de l'évolution possible des hypothèses sous-jacentes notamment, entre autres, l'évolution des conditions économiques et de marché. Nous ne sommes tenus à l'obligation de vous communiquer des mises à jour ou des modifications de ces prévisions au fur et à mesure de l'évolution des conditions économiques, des marchés, de nos modèles ou d'autres facteurs.

Ce document est produit par Schroders France 8-10 rue Lamennais, 75008 Paris, France.